Assassinat de Khashoggi : l’Europe aux abonnés absents

Il n’est pas étonnant que le jeune prince héritier Mohammad Bin Salman se croit autorisé à toutes les exactions. Il y a à peine une semaine a disparu Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien de renom qui, craignant pour sa sécurité, était parti en exil en Turquie il y a une petite année. Loin d’être un opposant existentiel au pouvoir de Ryad, il jouait le rôle d’un opposant raisonnable ne contestant pas la forme du gouvernement, mais œuvrant pour un espace de liberté politique plus important pour les Saoudiens.

Retrouvez l’article sur Le Nouvel Economiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *