Les avocats français fuient le marché iranien

Ouverts en grande pompe dès la signature du traité de Vienne en 2015, les bureaux iraniens des cabinets d’avocats français ferment un à un sans un bruit.

Depuis juillet 2015 et la levée des sanctions économiques et financières relatives à son programme nucléaire, l’Iran attirait particulièrement les avocats français.

Retrouver l’intégralité de l’article sur Les Echos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *